Séduire une femme dans sa 2ème vie

Nous avons eu (ou pas) la chance de rencontrer sa moitié à 20 ans… à l’époque, nous n’avions pas d’enfants, pas d’engagement financier, pas d’ex-femme ou d’ex-mari, pas de carrière sensible à piloter… la vie était simple.

Vous voilà aujourd’hui dans une période de vie où tous ces éléments « encombrent » la relation, parfois même, la rendent impossible. L’art de la séduction dans cette phase de vie, est d’identifier ces points et de travailler dessus finement afin qu’ils ne viennent pas interférer avec votre relation duelle. Souvent considérés comme des sujets tabous, il est primordial de les connaître pour mieux les gérer.

les postures du conjoint vis-à-vis de la paternité :

Avoir des enfants ou pas vous change une femme 😉


sachez déterminer si votre nouvelle compagne est :

  • une mère en demande d’un nouveau foyer (c’est rarement le cas, sauf si elle n’a qu’un enfant)
  • une femme sans enfant et heureuse de sa condition
  • une femme sans enfant avec le désir d’en avoir.

Ce point est vraiment crucial, et il doit être abordé dans les tous débuts de votre relation, il doit faire partie des toutes premières questions – même si elles sont pénibles (car intrusives) – qui permettront de délimiter le cadre de votre future relation.

Est-elle à la recherche d’un homme pour être père ?


Elle abordera la relation comme si elle avait 20 ans 🙂 Si vous êtes sans enfant et que vous en souhaitez aussi, savourez cette période, vous avez un avenir sans encombre devant vous !

Si vous avez déjà un ou des enfants, soyez prudent, conservez le lien qui vous unit à votre(s) rejeton(s), ne vous perdez pas dans votre relation amoureuse au détriment de votre(s) enfant(s). Même si les premiers émois sont anesthésiants, gardez les pieds sur terre, sinon vous risquez de blesser vos petits. Votre attitude seule permettra à votre chère et tendre de se positionner naturellement. Voyez si elle tient le coup, et surtout, voyez si votre relation peut tenir la distance. Est-ce que votre conjointe se comporte de manière identique lorsqu’elle est en présence de vos enfants ou pas ? Est-elle fuyante en présence de vos enfants ? Si vous avez une garde partagée, essayez d’observer si l’attitude de votre conjointe se dégrade à l’arrivée de vos enfants. Ces petits signes, vous conforteront ou pas dans l’idée que cet femme est bienveillante, capable de gérer vos enfants dans votre future vie, qui inclura votre nouvelle relation comme nouvelle composante des interactions familiales.

Est-ce une personne qui supporte (ou pas) vos enfants ?


Si votre conjointe est mère, elle aime ses enfants par-dessus tout. Oui, mais… Vos enfants, comment ça se passe avec eux ? Vous pouvez avoir affaire à deux types de personnes. C’est un peu pile ou face.

1- Elle peut les juger, les détester, critiquer votre façon de les éduquer, sans pour autant vous le dire de vive voix. Elle tient à vous garder à distance de ses sentiments, de ses griefs, elle ne souhaite pas miner l’ambiance. Oui, mais en l’occurrence, vous, le père, le sensible, vous décryptez toutes ces tensions, ces désapprobations. Vous détestez ses silences qui en disent long sur vos points d’achoppement.

2- elle est capable de les apprécier, grandir avec eux comme si elle se considérait comme un nouveau repère dans leur vie. Elle prendra part aux décisions les concernant sans jamais s’imposer, elle s’intéressera à ce qu’ils sont, font, vous aidera dans les démarches liées à leur éducation. Elle prendra la peine parfois d’assurer leurs déplacements, ils passeront du temps ensemble sans clash ni rancœurs.

Je vous conseille de fuir, dans le cas 1, et de chérir votre conjointe si vous avez la chance d’être dans le cas 2.

les casseroles de sa deuxième vie 

l’énorme différence entre une femme qui a quitté et une femme qui a été quittée


La femme quittée est un être qui traine avec elle son boulet de la peur de l’abandon. On l’a quittée une fois, alors on pourra la quitter encore, et encore. Grosse faille narcissique, grosse perte de confiance. Elle aura besoin de beaucoup d’attention, et de réassurance constante.

La femme qui a quitté est en revanche une personne qui a eu le cran de quitter l’autre, qui a pu faire le choix de sa vie personnelle. Cette personne a quitté une fois, elle pourra quitter encore et encore, les statistiques le confirment.

les enfants du couple recomposé 


Gestion de la parentalité ? Mode de garde, tensions liées aux conflits de loyauté, tensions liées aux modes d’éducation différents…Et oui… les enfants de votre future conjointe (tout comme les vôtres si vous en avez) sont de vraies bombes psychologiques. Car un parent pense toujours que son conjoint pourra aimer de façon identique ses enfants. Après tout, elle les trouve merveilleux ! Pourquoi pas vous ? Ils ne sont pourtant pas méchants !!!

Cette notion est la base de nombreux conflits. Le degré d’empathie vis à vis des enfants est totalement déséquilibré selon les points de vue, créant sans fin des incompréhensions entre les deux membres du couple. Mais ces divergences sont tues pour la paix du couple ; et de ces non-dits émergent des rancœurs sourdes.

Je dirais, avec un peu de recul par rapport à tout cela, que vous avez le choix entre deux attitudes pour ne pas courir à la catastrophe :

  • aucun des deux membres du couple ne dit ce qu’il pense ; vous restez tranquillement dans un mode tacite de vos sentiments et de vos ressentis. Vous vous focalisez sur vos moments à deux, vous essayez d’oublier les moments plus tendus, vous savez qu’ils font partie du tableau, et que lorsque les enfants seront partis du nid, vous aurez eu raison de fermer votre bouche pendant tout ce temps.

  • vous êtes sur un mode « communication intelligente » tous les deux. La capacité à mettre en mots les ressentis est obligatoire pour vous parler sans contraintes, sans sensations de « on ne se dit pas tout ». Par ce biais là de communication positive, vous relèverez le défi des achoppements avec brio. C’est un peu comme faire des « conseils de couple », dès que l’un des deux membres du couple en ressent le besoin. Cela demande de la disponibilité de la part de son conjoint, et une maturité intellectuelle évidente.

difficultés financières


Si madame est pendue financièrement, vous allez lui donner le change. Vous êtes avec elle dans la vie, vous faites le pari que vous êtes deux maintenant dans la même barque. Hors de question de lui laisser entendre « débrouille-toi, si tu es dans cette galère c’est que tu l’as bien cherché ». Vous vous devez d’être un support, une épaule, et un soutien de chaque instant. Sinon, aucun intérêt d’être ensemble.

Vous pouvez l’aider financièrement ? Faites-le.

Vous pouvez proposer des vacances peu onéreuses pour la soulager d’un poids supplémentaire ? Faites-le.

Vous pouvez lui faire comprendre que vous allez organiser votre vie commune pour que celle-ci soit moins coûteuse ? Trouvez des solutions.

L’amour est un partage ; un partage de moments d’émotions, mais aussi un partage de situations, qu’elles soient confortables, difficiles, ou aléatoires.

Si vous vous engagez moralement, faites le à 100%. Pas de mi-mesures, lui laissant un goût amer à l’esprit et l’idée de quelqu’un qui serait capable de quitter le navire à n’importe quel moment.

décrypter les postures de la femme dans sa nouvelle relation :

Est-elle en demande de recréer un nouveau foyer ?


Votre compagne est soit claire dans sa tête, si elle est à distance de sa rupture… Soit encore un peu embrumée. Donnez-lui le temps d’analyser ce qu’elle veut, de répondre aux questions essentielles auxquelles vous avez vous aussi répondu… Les choses ne sont pas figées bien sûr, elle pourrait être prise d’une envie soudaine de vous faire un enfant au bout de 2 ans, si elle se sent incroyablement bien avec vous…

Mais c’est rare, et cela ne correspond pas du tout à la majorité des femmes qui ont déjà un ou plusieurs enfants. On observe plutôt un repli sur soi, un besoin irrépressible d’investir de nouveau les sphères de confiance : elles surinvestissent leurs amis proches, leur famille, et sont peu enclines à se lancer dans de nouvelles aventures qui risquent d’échouer du fait des personnes à l’égard desquelles elles éprouvent toujours un grand scepticisme. Seul le temps peut effacer ces craintes. Le temps et la traversée d’événements qui mettront en exergue vos réactions plus ou moins rassurantes.

Veut-elle rester indépendante ?


Les femmes qui veulent garder une certaine indépendance sont de plus en plus nombreuses. Mais elles représentent moins de 50% des femmes séparées. La majorité est tout à fait rassurée de pouvoir s’appuyer de nouveau sur un homme pour affronter la réalité de la vie.

La personne qui veut garder son indépendance a souvent un niveau d’études plus élevé que les autres, elle peut assumer son foyer toute seule. Elle ne veut pas non plus imposer à ses enfants une transformation radicale de leur quotidien. Elle souhaite laisser une impression d’invulnérabilité, qui prend corps dans le « rien ne changera pour vous, je vous le promets ». Elle n’impose pas de changement à ses enfants, elle part du principe qu’ainsi elle les protège de nouvelles intrusions potentiellement déstabilisantes.

Si à l’inverse, elle souhaite reconstruire un foyer, fusionner sa vie avec la votre, alors- si vous êtes d’accord aussi- retroussez vos manches et lancez-vous avec énergie dans l’aventure ! Vous allez au devant de nombreux conflits ; mais sachez les coiffer au poteau pour que votre vie ensemble soit l’objectif à atteindre. N’hésitez pas à verbaliser votre quotidien. L’oralité est nécessaire dans ces situations. Votre vie ne sera pas un long fleuve tranquille, mais elle vaut le coup si vous êtes tous les deux animés par une envie irrépressible de vivre ensemble au quotidien.

Est-elle capable d’accepter votre posture, différente de la sienne, si elle est « ferme » ?


Vous pouvez ne pas être en phase avec le sujet. Vous pouvez également changer d’avis, au vu de la composition de sa famille, de l’entente avec ses enfants. Vous pouvez aussi avoir envie de fusionner au départ, puis revenir sur votre sentiment et préférer garder finalement votre tranquillité et votre cadre familial. Personne ne devrait blâmer l’un ou l’autre, quelque soit la décision qu’il (elle) prend. C’est un processus de maturation en mouvance, qui est en mode réflexif quasi tous les jours, et qui mérite une bienveillance à toute épreuve. Changer d’avis peut être vécu comme un déshonneur pour votre compagne. Elle peut même se sentir trahie. Si vous ne maniez pas une communication de qualité, elle ne comprendra pas votre posture ; elle risque de vous affubler d’intentions malveillantes. N’insistez pas, cette femme n’est pas assez à l’écoute, vous méritez mieux.

Si elle accepte le dialogue, vous pouvez clairement poser vos desiderata, et cheminer sur vos objections, vos remarques. Votre dialogue fera avancer votre situation. Dans un sens ou un autre ; il est probable que vous finissiez par prendre un chemin commun si la compréhension de l’autre reste la clef de voûte au sein de votre couple.


On vous aura prévenu, c’est la mouise ! Et pourtant… on en rêve tous, et ça vaut vraiment la peine !

Recréer un couple, c’est :


  • se faire des soirées cocooning sans ambition
  • repratiquer un sexe régulier et satisfaisant
  • s’assurer une stabilité amoureuse qui déteint sur notre moral, notre vie sociale, notre vie professionnelle
  • s’écouter : partager nos petites victoires professionnelles, et déboires personnels
  • s’assurer d’avoir quelqu’un sous la main pour vous préparer de bons petits plats et éviter que votre maison ne se transforme en c’est-du-propre

Quand nous avons tout ça, plus un sentiment amoureux (quand vous en êtes à < 3 ans 🙂 ) on peut dire que nous avons atteint un sacré objectif.

Nous ne parlons pas de recomposition familiale, ceci n’est pas un but en soi lorsqu’on essaie de recréer une relation avec une femme. Profitez aussi de ce temps pour vivre une vie à deux, sans quotidien, faite uniquement de moments choisis de bonheur, car c’est aussi ça, être dans sa deuxième vie !

Repartir dans une vie de couple, c’est accepter une routine quotidienne, une vie plus rassurante et stable, au travers de laquelle on retrouve par certains aspects une zone de confort qui nous a tant manqué malgré tout.

Nous abordons tous notre deuxième vie plus matures et mieux armés (normalement) et avec cette conscience d’obsolescence programmée du couple. Malgré toutes les petites contrariétés que vous imposent la vie à deux, le meilleur est devant vous, FONCEZ !